Traitement pharmacologique des arythmies cardiaques significatives / British Journal of Sports Medicine

tachyarythmies supraventriculaires

Le traitement des tachyarythmies complexes étroites (SVT) dépend de l’état clinique du patient. Si le patient est décompensé — par exemple, hypotenseur, en insuffisance cardiaque, souffrant d’angine de poitrine ou a une fréquence cardiaque supérieure à 200 battements / min — il doit être sédatif et traité par cardioversion à courant continu, avec prophylaxie pharmacologique ultérieure, si indiqué.

MANŒUVRES VAGALES

Si le patient est cliniquement stable, des manœuvres qui augmentent le tonus vagal doivent être essayées en premier lieu. La plus courante d’entre elles est la manœuvre de Valsalva dans laquelle le patient tente d’expirer de force contre une glotte fermée. Alternativement, une pression unilatérale de l’artère carotide peut être appliquée, mais cela ne doit pas être effectué en présence d’un bruit carotidien, en raison du risque d’accident vasculaire cérébral.

ADÉNOSINE

L’adénosine est un nucléotide purine naturel qui bloque sélectivement la conduction nodale AV. C’est donc le médicament de choix pour mettre fin aux tachyarythmies nodales ré-entrantes AV. Il a une demi-vie extrêmement courte et doit être administré par injection rapide de bolus, suivie d’un rinçage salin. La posologie initiale est de 3 mg, et si aucun effet n’est observé après une ou deux minutes, 6 mg peuvent être administrés, suivis d’une dose maximale de 12 mg. L’adénosine ralentira presque toujours la SVT, permettant souvent l’identification du rythme sous-jacent, mais n’aura aucun effet sur la VT. Il peut être administré en association avec des β-bloquants et ne provoque pas de dépression de la contractilité myocardique. L’effet de l’adénosine est renforcé par le dipyridamole et réduit par la théophylline. Des effets secondaires tels que des bouffées vasomotrices et des douleurs thoraciques sont couramment observés avec l’adénosine, mais durent généralement moins de 60 secondes. Le bronchospasme peut être précipité chez les patients asthmatiques et ne doit donc pas être utilisé systématiquement chez ces patients. L’adénosine doit être administrée dans un environnement surveillé — par exemple, une unité de soins intensifs ou un service d’accident et d’urgence — car elle peut provoquer un bloc cardiaque transitoire complet.

VÉRAPAMIL

Le vérapamil est un bloqueur des canaux calciques, qui ralentit la conduction à travers le nœud AV. Il est également négativement inotrope. Il est utilisé dans le traitement de la SVT définie et est administré à des doses de 5 à 10 mg pendant 60 secondes. Il est contre-indiqué si des β-bloquants ont été pris par le patient en raison du risque de bradycardie profonde et d’hypotension. Le vérapamil ne doit pas être utilisé pour les SVT associés au syndrome de Wolff-Parkinson-White, car dans ce cas, il peut précipiter la TV / FV en permettant la conduction par la voie accessoire.

BLOQUEURS β

les bloqueurs β agissent en bloquant les effets excitateurs des catécholamines circulantes. Ils peuvent être utilisés dans le traitement des tachyarythmies supraventriculaires car ils ralentissent la conduction à travers le nœud AV. Tous les β-bloquants peuvent précipiter une insuffisance ventriculaire gauche, en particulier chez les personnes présentant une fonction myocardique déprimée. L’Esmolol, qui a une demi-vie très courte (huit minutes) et est disponible sous forme de préparation intraveineuse, est particulièrement utile car les effets secondaires indésirables seront de courte durée. les β-bloquants doivent également être évités chez les asthmatiques en raison du risque de bronchospasme.

DIGOXINE

La digoxine peut être utile pour contrôler le taux de réponse ventriculaire en fibrillation auriculaire, mais elle a des applications limitées dans les situations d’urgence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.